Le COP d’une pompe à chaleur de piscine : qu’est-ce que c’est et comment le lire pour choisir sa PAC

Le COP d’une pompe à chaleur de piscine : qu’est-ce que c’est et comment le lire pour choisir sa PAC

Faisant partie des caractéristiques techniques d’une pompe à chaleur, le COP est ce qu’il faut regarder de près lorsqu’on choisit une PAC piscine. En effet, difficile de s’y retrouver, tant les offres sont nombreuses. Dans tous les cas, le COP en dit plus long sur les performances de l’appareil que des argumentaires commerciaux de type « Nos produits sont les meilleurs qui soient ». En poursuivant votre lecture, vous saurez pourquoi le COP est utilisé comme l’élément ultime pour départager les pompes à chaleurs de piscine, comment le lire et quel est la valeur idéale pour cet indice. 

Les pompes à chaleur de piscine : l’appareil à avoir sous la main pour un chauffage économique de l’eau du bassin

Les propriétaires de piscine ne sauraient dédaigner le confort de baignade apporté par une eau chauffée. D’ailleurs, force est de constater que le réel frein à l’achat d’un chauffage pour piscine n’est autre que ses frais à l’usage. Avec un chauffage ordinaire, on ne peut généralement espérer qu’un rendement en deçà de 1. Dit autrement, à chaque 1 kW consommé, l’appareil restitue moins de 1 kW en chaleur.
Peu étonnant donc si un réchauffeur électrique a plus tendance à faire gonfler les factures d’électricité lorsqu’on s’en sert pour l’eau de la piscine. Et c’est justement là que la particularité des pompes à chaleur nous sauve la mise. De tous les autres systèmes de chauffage destinés à réchauffer la piscine, son rendement est nettement supérieur, indépendamment de ses conditions d’utilisation.

Le COP d’une pompe à chaleur de piscine : qu’est-ce que c’est exactement ?

Un COP est l’abréviation du mot anglais Coefficient of Performance. Dans le sujet qui nous intéresse, il s’agit de l’indice de coefficient de performance de la pompe à chaleur de piscine. Un COP doit tenir compte du rendement sur la base d’une température déterminée. Les COP fournis par les marques sont analysés en laboratoire pour être en conformité avec les normes européennes. Pour le calculer, on procède à une opération simple.
À noter avant tout qu’un COP n’est autre que le rapport de la puissance que va émettre la pompe sur la puissance qu’elle consomme ou la quantité d’énergie qu’elle produit. On peut aussi décrire cette valeur comme étant le nombre de kWh apporté en chauffage pour 1 kW de consommé. Concrètement, si une PAC consomme 1 kW et que l’appareil a une puissance de 5 kW, pour calculer son COP, on a cette formule : 5/1 = 5.
Une pompe à chaleur de piscine ayant un COP= 4 peut n’avoir besoin que de 1 kW d’électricité, mais le degré de chauffage qu’elle va produire est de 4 kW. Ce sont les calories provenant de l’air qui rendent possible cet échauffement. Ce qui veut dire qu’en termes de consommation, cet appareil est 4 fois moins énergivore qu’un chauffage électrique. La pompe à chaleur de piscines Ubbink COMPACT 20 HEATERMAX, de Réf : 7505504 a justement un COP de 4,2.
S’il est logique de penser qu’un COP élevé est un bon indicateur de l’efficacité d’une pompe à chaleur, c’est vrai, mais ce n’est pas aussi simple !

Pour comprendre le COP, on doit se baser sur le principe de la pompe à chaleur de piscine

Étant un système air/eau, la PAC a la possibilité de chauffer l’eau en capturant les calories ou la chaleur présente dans l’air. L’énergie qu’elle utilise étant naturelle, l’énergie qu’elle procure est supérieure à celle qu’elle consomme. On peut alors dire que le rapport consommation/niveau de chauffage de l’eau sera proportionnel à la valeur du COP de l’appareil. L’idée est donc de rechercher un COP qui soit le plus élevé possible pour avoir une pompe à chaleur de piscine performante. D’où le fait que ce critère technique soit au cœur des sujets dès lors qu’il est question de choisir une PAC.

C’est facile alors de choisir une pompe à chaleur de piscine puisqu’il suffit de regarder son COP ?

En regardant les propriétés de la PAC, vous vous dites qu’il suffit donc de se tourner vers un modèle ayant le plus grand COP ? Malheureusement, non !

Le COP d’une pompe à chaleur de piscine varie énormément

À vrai dire, tout le temps et dépendamment de la température extérieure, celle de l’eau de la piscine, le COP de la pompe à chaleur subit constamment des fluctuations. L’humidité, la température de consigne ou les besoins en chauffage sont aussi susceptibles de l’impacter. L’écart entre la température de l’air environnant et celle souhaitée sont autant de facteurs modulant le COP. Moins le décalage entre ces deux données est important, plus le COP est considéré comme élevé. Résultat, le chauffage du bassin peut se faire plus facilement.
Et pour cause, une PAC tournant avec de l’air à 12°C dehors n’aura jamais la même productivité qu’avec un air à 25°C, par exemple. Le rendement sera forcément différent entre deux températures différentes. On comprend donc que les calories que peut offrir la PAC soient différentes conformément à la température de l’air. Une PAC parviendra plus facilement à chauffer l’eau à 26°C par exemple avec un air ambiant de 22°C qu’en se servant d’un air à 9°C…
Faut-il aussi souligner que lorsque la température à l’extérieur baisse, le COP suit cette tendance du fait de la difficulté de la PAC à récupérer les calories. Ce qui nous amène à cette déduction : une PAC peut être plus performante à Marseille que dans le Gard, par exemple. Dans cette même logique, deux modèles similaires peuvent avoir un COP variable, compte tenu du contexte. Il serait donc déraisonnable d’extrapoler le COP assigné par le fabricant sans mesurer la consommation réelle de la pompe à chaleur de piscine sur une période donnée.

Le COP d’une PAC : ne tombez plus dans le piège !

Pour bien lire le COP d’une PAC pour piscine, un contexte précis basé sur des températures est requis. Un filon qu’ont vite compris les vendeurs de pompes à chaleur qui n’hésitent pas à donner des COP convaincants sans indiquer qu’ils s’appliquent en fait à une température de l’air à 28°C pour une eau de piscine à 26°C. La vigilance est donc de mise si le fabricant avance l’argument du COP élevé pour vous convaincre d’acheter son incroyable pompe à chaleur pour piscine. Pour être crédible, il doit baliser les températures. Choisir une pompe à chaleur de piscine implique ainsi d’associer le COP à des valeurs de températures. Après tout, on ne peut comparer que deux choses comparables.

COP et pompe à chaleur de piscine : que dit la loi ?

En ce qui concerne la pompe à chaleur, la législation n’a pas prévu de préciser clairement la manière dont le COP doit être calculé. Pour l’heure, aucune norme ne cadre encore ce sujet. Le mode de calcul du COP varie ainsi d’un fabricant à l’autre. Or, comme nous venons de le voir, un certain nombre de paramètres peut avoir des répercussions directes sur la valeur du COP.
Une raison pour laquelle les Directives techniques de la Fédération professionnelle de la Piscine ou FPP astreignent les constructeurs à mentionner les puissances pouvant être restituées par leurs pompes à chaleur avec 15°C d’air ambiant, l’eau à 26°C et l’humidité à 70%.
Devenue un élément de comparaison standard, cette température est à indiquer par le fabricant et sert de base pour connaître la puissance réelle de l’appareil. Méfiance donc si elle n’est pas affichée au même titre que le COP. Mais l’autre directive énoncée par la FPP en mai 2011 porte aussi sur d’autres conditions de mesure. 26°C pour la température de l’air, 26° C pour la température de l’eau, 80% de taux d’humidité.
Les plages de fonctionnement d’une PAC correspondent généralement à ces valeurs. Aussi, un constructeur crédible n’hésitera pas à faire part d’au moins un de ces points de comparaison. C’est cette Fédération qui a d’ailleurs suggéré que les performances des PACs soient classées suivant leur COP.

Quel est le COP idéal pour une pompe à chaleur de piscine ?

Un COP à partir de 4 est bien pour une PAC si l'évaluation à été effectuée à partir d'une température extérieure de 15°C comme c’est le cas de la pompe à chaleur Hayward POWERLINE réversible 15kW monophasée, de Réf : 81542 affichant un COP de 4,8 et le modèle de pompe à chaleur de piscine Zodiac OPTIPAC 30D triphasée 108kW, de Réf : W20TI30D au COP de 3,53.
Dans le contexte d’une baignade à prévoir toute l’année, la température d’air à considérer est celle de la période où elle est la plus basse. On peut ainsi choisir la puissance de la PAC à partir de cette donnée.

Le COP : un indice pertinent pour évaluer la qualité d’une PAC, mais pas le seul

Le lieu d’implantation du bassin impacte les performances d’une pompe à chaleur du fait de la température ambiante variable. L’équipement sera plus efficace dans le Sud que dans le Nord pour le cas de la France. À part ce critère, il y a aussi la période d’utilisation prévue. D’avril à octobre, toujours à titre d’exemple, on peut déterminer le COP moyen d’une PAC en tenant compte des températures moyennes de sa localité au cours de ces quelques mois.

 

Nos derniers articles et guides chauffage piscine
  • Avoir une piscine chauffée est une aubaine. L’eau y est plus agréable. Mais surtout, il est possible de profiter plus longtemps de son espace de baignade. Néanmoins, il faut garder en tête que cela a un coût, que ce soit à l’achat ou à l’exploitation de l’équipement de chauffage. La question se pose alors, quel est le prix du chauffage d’une piscine ? Découvrez dans ce guide quelques éléments de réponse qui vont vous aider à choisir le meilleur appareil pour chauffer votre espace de baignade.

  • Avoir une piscine chauffée est un rêve pour beaucoup de personnes. Mais les équipements de chauffage coûtent chers, que ce soit à l’achat ou à exploiter. Il existe pourtant des solutions pour chauffer gratuitement sa piscine. Découvrez dans ce guide quelques astuces pour élever la température de votre espace de baignade, sans vous ruiner.

  • Avoir une piscine extérieure chauffée en hiver est tout à fait possible. De nombreuses techniques permettent d’élever la température de l’eau, afin de pouvoir nager durant la saison hivernale. Mais pour laquelle faut-il opter ? Découvrez dans ce guide les différentes solutions pour avoir une piscine extérieure chauffée en hiver, ainsi que leurs avantages et inconvénients.

  • Avoir une piscine chauffée est un rêve pour beaucoup de particuliers, notamment pour les propriétaires de bassins hors-sol. Et pour cause, cela offre un surplus de confort au baigneur et la période d’utilisation du bassin est bien plus large. Il existe pourtant une myriade de solutions pour chauffer une piscine hors-sol. Nous vous proposons de découvrir dans ce guide les différentes solutions de chauffage pour les bassins de nage hors-sol, ainsi que des conseils pour choisir le meilleur dispositif.

  • Chauffer une piscine offre de nombreux avantages. Cela va étendre la période d’utilisation du bassin. Les moins frileux peuvent ainsi nager, même en hiver. Une eau chaude est aussi plus agréable pour les baigneurs. Mais comment chauffer sa piscine ? Il existe pour cela différentes solutions, chacune ayant ses propres avantages et inconvénients.

  • Nager en hiver c’est envisageable. Pour cela, il suffit de chauffer sa piscine. Il existe d’ailleurs plusieurs solutions pour avoir une eau à 28 °C et ainsi profiter des joies de l’eau tout au long de l’année. Découvrez dans ce guide quelles sont les différentes techniques de chauffage en hiver, ainsi que leurs avantages et inconvénients.