Comment bien choisir son échangeur thermique pour piscine : conseils d'achat et d’utilisation

Comment bien choisir son échangeur thermique pour piscine : conseils d'achat et d’utilisation

Choisir un échangeur thermique adapté à la piscine signifie considérer les précautions avant l’achat parallèlement aux critères de choix. Cet outil vous sera d’une grande utilité pour une gestion précise de la chaleur de l’eau. Reconnu pour sa constance et sa solidité, le réchauffeur de piscine est un système économique assez simple à installer.
Sa puissance de chauffe dépassant largement celle des autres appareils de chauffage est l’assurance d’avoir quelques dizaines de degrés sous 24 à 48 heures en moyenne. Sa compacité rend son usage pratique pour les locaux techniques étroits. Ce dossier zoome sur la fonctionnalité de ce type d’appareil tout en vous aidant à faire un choix éclairé.
 

Quels points de réflexion avant de choisir un échangeur thermique de piscine ?

Se baigner dans une eau à 27-28°C, avouez que ça fait du bien ! En revanche, il faut se montrer méticuleux lors de l’achat du réchauffeur de piscine. Un échangeur thermique est susceptible de changer le mécanisme de chauffage principal. Une consultation de la notice de la pompe à chaleur, ou suivant le cas, de la chaudière, s’impose avant toute décision. En tous les cas, un transfert de calories optimal impose de situer le local technique à proximité de la chaudière. Si telle est la configuration de votre installation, alors cet équipement de chauffage de piscine est fait pour vous !

Mais au fait, qu’est-ce qu’un échangeur thermique de piscine ?

Économique à l’usage, l’échangeur thermique piscine est aussi connu sous le nom d’échangeur de chaleur. Il sert à augmenter la température de l’eau du bassin en très peu de temps. Pour bien le choisir, il faut en comprendre le fonctionnement. Il s’agit en fait d’un système de chauffage dans la catégorie des systèmes eau/eau. C’est via cet appareil que la transmission de l’énergie thermique peut s’effectuer à partir d’un fluide chaud vers un fluide froid.
Le processus se fait via une paroi d’échange constituée de deux circuits indépendants. Le premier, appelé circuit primaire, utilise l’eau chaude de la maison et se connecte au chauffage central. Le second sert à la circulation et au chauffage de l’eau du bassin. Avec leur tube respectif dédié, le trajet des deux fluides hydrauliques se fait à contre-courant dans l’échangeur. Ce qui les empêche de se mélanger.

2 conditions impératives avant de choisir un échangeur thermique de piscine

La technologie qu’utilise la chaudière n’a pas vraiment d’importance. L’appareil peut fonctionner au fioul ou au gaz. Il est même possible d’alimenter l’échangeur thermique de piscine via une pompe à chaleur. Toutefois, un système de chauffage est incontournable pour pouvoir choisir un échangeur thermique de piscine.
L’emplacement de la piscine, du local technique et de la chaudière doit nécessairement être situé dans un périmètre proche pour ces trois éléments. Cette proximité vise à ne pas gaspiller trop d’énergie thermique. Il est même conseillé de les placer dans un même local dans une optique de favoriser le transfert des calories.
En effet, un éloignement prononcé de la production d’eau chaude sanitaire et du local technique entraînerait une perte de chaleur trop importante pouvant impacter la consommation énergétique. Le calorifugeage des tuyaux permet d’y remédier. Cependant, rien ne vaut le fait que ces trois éléments soient placés au même endroit.

Vérifiez la compatibilité des éléments avant de choisir votre échangeur thermique de piscine

Comme nous l’avons vu plus haut, avoir une chaudière ou une pompe à chaleur n’est pas un problème. Toujours est-il qu’il faut une puissance suffisante d’échangeur. Si le chauffage concerne uniquement la piscine quand le chauffage résidentiel n’est pas en fonctionnement, cela veut dire que la chaudière a les bonnes dimensions.

Veillez à la compatibilité de la piscine avant de choisir votre échangeur thermique

Du moment où la piscine fonctionne à l’année et qu’elle dispose d’un bloc technique, elle convient à l’installation d’un échangeur thermique. Semi-enterré, hors-sol ou enterré, le type de bassin est indifférent. Il peut être à l’intérieur ou à l’extérieur, voire sous un abri piscine. L’important est que l’échangeur thermique soit adapté au volume de la piscine, à votre localité et au mode de désinfectant de l’eau.

Avant de choisir un échangeur thermique de piscine : comment savoir si le chauffage est compatible ?

Les chauffages intégralement en bois ou tout électrique ne peuvent généralement correspondre avec les échangeurs thermiques. La raison : le bois implique trop de contraintes et peut être trop énergivore comme l’électricité. Et donc, les deux sont chers à l’usage. L’incompatibilité est totale lorsque le ballon d’eau chaude n’est pas adéquat ou en l’absence du flux d’eau primaire adapté.
À part ceux-là, la chaudière au gaz, au mazout ou au fioul, la PAC géothermique ou aqua thermique peuvent être associées à un échangeur thermique piscine. Il en est de même pour les panneaux solaires. Le meilleur compromis s’obtient grâce aux chaudières avec lesquelles, la montée en température est vite atteinte. Elles refoulent une eau jusqu’à 90°C dans l’échangeur quand celle-ci ne fera que 45°C et pas plus avec une pompe à chaleur ou un panneau solaire.

Évaluez la puissance de votre échangeur thermique piscine avant d’en choisir

La puissance nécessaire pour un échangeur thermique se calcule suivant la piscine. Si cette caractéristique est souvent celle que les fabricants mettent en avant pour vendre, c’est qu’il s’agit du paramètre le plus crucial à voir de près. En effet, la vitesse de chauffe est inhérente à ce facteur. Mais également, la puissance justifie la différence au niveau des gammes de prix. Le temps de chauffage de l’eau va être plus ou moins long suivant la température initiale de l’eau et son volume, ainsi que la température de l’eau contenue dans le circuit primaire.

La température du primaire est fonction de la capacité de chauffe du chauffage central

Chez les chaudières, cette capacité oscille entre 0 et 60°C. Chez les PAC, elle est généralement de 45°C. La puissance indiquée est souvent pour une eau du circuit primaire à 90°C. Elle est de 20 kW si le bassin a un volume inférieur à 50m3 ; 40 k W pour un volume de moins de 100m3 ; 70 pour une piscine de moins de 200 m3. Le fait d’avoir une PAC ou un chauffage peu performant oblige à vérifier la compatibilité de l’échangeur thermique avec la température du primaire afin d’estimer le delta de puissance.
Mis à part son impact sur le prix, la puissance d’un échangeur thermique de piscine commande son niveau d’encombrement et sa consommation. Notez qu’un système de chauffage manquant de puissance implique l’utilisation d’une quantité importante d’énergie pour atteindre et garder un résultat appréciable. Le confort à long terme est étroitement lié à la qualité de l’échangeur thermique de piscine à choisir.

Quels sont les types existants d’échangeurs thermiques de piscine ?

La transmission d’énergie thermique étant au cœur des processus de type chauffage, refroidissement, évaporation de liquide… les échangeurs thermiques sont des équipements assez répandus. Conçus pour répondre à différents besoins, ces appareils sont ainsi déclinés en de nombreux aspects. Néanmoins, ils sont catégorisés en deux types essentiels.

Les échangeurs thermiques tubulaires ou à tube

Ces modèles sont plus indiqués pour les chaudières, à cause de l’eau très chaude en entrée. Leur technologie se trouve être la plus fondamentale. Ce qui ne les empêche pas d’être les plus fiables. Surtout, quand le fluide est fortement pressurisé ou d’aspect très visqueux. Leur rendement est lésé en comparaison avec un échangeur à plaque.

L’échangeur thermique de piscine à plaques

L’échangeur de chaleur à plaque utilise plusieurs technologies. Face à deux échangeurs thermiques piscine à puissance égale, le modèle à plaque, plus compact et léger, grâce à une matière spéciale, résiste à la corrosion. Il procure un rendement supérieur. L’échangeur thermique à plaque est aussi compatible avec une température primaire inférieure, permettant de compenser celle-ci.
Le rayonnement autorise le transfert de chaleur, mais un échangeur à plaque se dote d’une plus grande surface qu’un modèle tubulaire. Il est même possible d’augmenter cette surface en multipliant le nombre des plaques. Il vaut mieux choisir un échangeur thermique de piscine à plaque si le chauffage est une pompe à chaleur. L’échangeur de chaleur Vulcan TITANIUM 40 nu multitubulaire de chez Elecro, Réf : V-HE-40T et l’ échangeur de chaleur Vulcan TITANIUM 70 nu multitubulaire de la même marque, Réf : V-HE-70T sont parmi les meilleures références de cette catégorie.

Quel est le meilleur choix entre un échangeur piscine en inox ou en titane ?

Une désinfection de l’eau à l’électrolyseur ou une piscine à l’eau de mer engage à choisir des composants en titane. Cette matière constitue un excellent rempart contre la corrosion. Les autres cas autorisent un choix de modèle en inox comme l’échangeur de chaleur à plaques Aqualux VESUVIO 35 inox, Réf : ECHPE035I ou l’ échangeur de chaleur à plaques Aqualux VESUVIO 70 inox, Réf : ECHPE070I. Mais ce choix peut soumettre l’échangeur aux attaques acides des traitements de l’eau. Particulièrement, le chlore.

Les autres éléments qui doivent impacter le choix d’un échangeur piscine

Un débit minimum est requis et un seuil maximum ne peut être dépassé. Ce qui oblige à poser un by-pass. Il faut que le circulateur de l’échangeur concorde avec la chaudière.

Le circulateur et thermostat

L’adjonction d’un circulateur peut être à prévoir afin de garder le débit et permettre un chauffage en simultanée de l’habitation et de la piscine. Il est judicieux de choisir un échangeur thermique de piscine qui en est équipé, à l’instar du Vulcan TITANIUM 100 PLUS multitubulaire, Réf : V-HE-100TA-GP. Quant au thermostat qui dispose d’une sonde de température, il trouve son utilité quand la chaleur de consigne est obtenue et que l’échangeur doit cesser de fonctionner.
Pas systématiquement intégrée sur tous les modèles, cette option est salutaire en ce sens qu’elle empêche le chauffage central de tourner inutilement. Augmentant le prix et les dimensions d’un échangeur piscine, ces options font la différence entre un modèle nu et un modèle élaboré.
Nos derniers articles et guides chauffage piscine
  • Avoir une piscine chauffée est une aubaine. L’eau y est plus agréable. Mais surtout, il est possible de profiter plus longtemps de son espace de baignade. Néanmoins, il faut garder en tête que cela a un coût, que ce soit à l’achat ou à l’exploitation de l’équipement de chauffage. La question se pose alors, quel est le prix du chauffage d’une piscine ? Découvrez dans ce guide quelques éléments de réponse qui vont vous aider à choisir le meilleur appareil pour chauffer votre espace de baignade.

  • Avoir une piscine chauffée est un rêve pour beaucoup de personnes. Mais les équipements de chauffage coûtent chers, que ce soit à l’achat ou à exploiter. Il existe pourtant des solutions pour chauffer gratuitement sa piscine. Découvrez dans ce guide quelques astuces pour élever la température de votre espace de baignade, sans vous ruiner.

  • Avoir une piscine extérieure chauffée en hiver est tout à fait possible. De nombreuses techniques permettent d’élever la température de l’eau, afin de pouvoir nager durant la saison hivernale. Mais pour laquelle faut-il opter ? Découvrez dans ce guide les différentes solutions pour avoir une piscine extérieure chauffée en hiver, ainsi que leurs avantages et inconvénients.

  • Avoir une piscine chauffée est un rêve pour beaucoup de particuliers, notamment pour les propriétaires de bassins hors-sol. Et pour cause, cela offre un surplus de confort au baigneur et la période d’utilisation du bassin est bien plus large. Il existe pourtant une myriade de solutions pour chauffer une piscine hors-sol. Nous vous proposons de découvrir dans ce guide les différentes solutions de chauffage pour les bassins de nage hors-sol, ainsi que des conseils pour choisir le meilleur dispositif.

  • Chauffer une piscine offre de nombreux avantages. Cela va étendre la période d’utilisation du bassin. Les moins frileux peuvent ainsi nager, même en hiver. Une eau chaude est aussi plus agréable pour les baigneurs. Mais comment chauffer sa piscine ? Il existe pour cela différentes solutions, chacune ayant ses propres avantages et inconvénients.

  • Nager en hiver c’est envisageable. Pour cela, il suffit de chauffer sa piscine. Il existe d’ailleurs plusieurs solutions pour avoir une eau à 28 °C et ainsi profiter des joies de l’eau tout au long de l’année. Découvrez dans ce guide quelles sont les différentes techniques de chauffage en hiver, ainsi que leurs avantages et inconvénients.