Comment installer un échangeur thermique pour piscine ?

Comment installer un échangeur thermique pour piscine ?

Ce sont surtout les possesseurs de pompe à chaleur ou de chaudière qui ont la possibilité d’installer un échangeur thermique pour chauffer leur piscine. Devant la pléthore de choix pour chauffer l’eau d’un plan d’eau dont la chaudière, le solaire, le réchauffeur ou la pompe à chaleur, l’échangeur thermique reste le système le plus pratique dans le cadre d’une construction. Effectivement, ce moyen exploite l’eau chaude du réseau de chauffage de la maison pour élever la température de l’eau du bassin. Le chauffage se fait ainsi en un temps très limité.
L’échangeur thermique de piscine est d’autant plus intéressant si le modèle de chaudière qui va lui être associé bénéficie de la dernière technologie et donc, particulièrement performant tout en étant économique et écologique. C’est donc en toute logique que la consommation qui découle de ce moyen de chauffage de la piscine sera tributaire au type de chaudière existant. Quant à la montée en chauffe, elle va dépendre de la puissance de l’installation de chauffage. Reconnu pour son efficacité et sa rapidité, un échangeur thermique soumet à une seule contrainte : la proximité de la piscine à la maison. Zoom sur l’installation d’un échangeur thermique de la piscine.
 

Comprendre le fonctionnement d’un échangeur thermique de piscine avant de l’installer

De manière générale, un échangeur thermique se destine à chauffer les piscines de petite taille, jusqu’à 150 m3 environ. Mais il s’annonce aussi comme l’appareil idoine pour un chauffage d’appoint. Les échangeurs thermiques de piscine exploitent le carburant de la chaudière (entre autres, le gaz naturel ou le propane) pour augmenter la température de l’eau de la piscine. Ces dispositifs établissent un réseau d’eau dans lequel l’eau à chauffer émanant de la piscine passe pour être chauffée avant de retourner à la piscine.
Même si le mécanisme de chauffage d’une piscine est raccordé à celui du logement, il n’y a aucun risque que les deux réseaux soient mélangés, le premier étant parfaitement distinct du second. L’eau de la piscine ne se retrouvera ainsi jamais dans l’eau domestique. Deux circuits sont nécessaires au fonctionnement d’un échangeur thermique de piscine. Le réseau d’eau chaude qui provient de la PAC (Pompe à chaleur) ou de la chaudière et le réseau d’eau froide du bassin, émanant de la pompe de la piscine.
C’est l’eau chaude de la chaudière qui lui donne la chaleur désirée à l’eau de la piscine via des tubes ou des plaques d’un échangeur thermique pour piscine. Dit autrement, l’élévation de la température de l’eau de la piscine est permise par l’eau domestique. Néanmoins, le processus de réchauffement n’est possible que si la filtration de la piscine est en marche.

Quels avantages procure un échangeur thermique de piscine ?

 
La rapidité de chauffe constitue l’atout majeur d’un échangeur thermique de piscine. Avec la filtration qui tourne en continu, cet appareil élève la température de l’eau en l’espace d’un ou de deux jours. Délivrant de belles performances, un échangeur de chaleur peut aussi vous faire profiter de sa bonne longévité. Le fait qu’il soit simple à installer ne doit pas non plus être occulté.
Mais à part cela, on apprécie son prix abordable en comparaison avec les autres moyens de chauffage de la piscine. Notamment, si les modèles nus exempts de thermostat à l’instar du Vulcan TITANIUM 100 nu multitubulaire, Réf : V-HE-100T et de l’échangeur de chaleur Vulcan TITANIUM 70 nu multitubulaire, Réf : V-HE-70T de chez ELECRO répondent déjà à vos besoins.
Cela dit, les échangeurs de chaleur pour piscine intégrant un thermostat comme le modèle de la marque Aqualux VESUVIO 475 multitubulaire , Réf : AQUBE47T ont l’avantage de pouvoir contrôler automatiquement la température de l’eau de votre piscine. Un échangeur thermique piscine reste un appareil économique à l’usage si vous le raccordez à une installation de chauffage domestique telle qu’une pompe à chaleur ou à un chauffage solaire.

Des coûts à l’usage minimisés

Un échangeur thermique coûte peu cher à l’utilisation du fait du partage de la consommation d’énergie avec le chauffage de l’habitation. Notez que vous avez la possibilité de positionner un échangeur sur un réseau basse température. Et surtout, vous pouvez avoir une piscine chauffée indépendamment des circonstances climatiques. Le cas échéant, il va simplement vous falloir du gaz pour alimenter la chaudière. À part tous ces points forts, l’échangeur thermique de piscine se distingue également par la sûreté offerte. Certains modèles intègrent un dispositif de sécurité destiné à couper automatiquement le gaz au besoin.

Que reproche-t-on à l’échangeur thermique de piscine ?

Avant d’installer un échangeur thermique de piscine, vous devez considérer l'éloignement de la piscine par rapport à l'habitation. Comme inconvénients, on peut donc citer la contrainte induite par la nécessité d’avoir une piscine et un local technique près de la chaudière. Ceci a pour objectif de ne pas faire circuler l’eau chaude sous le sol et de limiter la longueur des canalisations.
En outre, ce moyen de chauffage de la piscine requiert l’installation d’une centrale au gaz, qui plus est, doit faire l’objet d’une maintenance régulière. L’oxydation par le chlore ou le feu écourte le serpentin. L’utilisation d’un combustible fossile, plus onéreux, figure aussi parmi les points négatifs d’un échangeur thermique de piscine.
Par conséquent, il n’est généralement recommandé que pour chauffer des petits bassins. Son usage n’est intéressant que si la chaudière elle-même est performante. Enfin, notez qu’à défaut de savoir bien suivre la notice de pose, il faut un professionnel pour faire installer un échangeur thermique de piscine.

Installer un échangeur thermique de piscine : le processus à suivre

Au cas où vous décidez de procéder vous-même à l’installation de votre échangeur thermique, les conditions requises pour son bon fonctionnement doivent être réunies. À savoir, disposer d’une chaudière à haute performance et avoir un local technique, une piscine et une maison proches les uns des autres. Un éloignement entre le point de production d’eau chaude et la piscine entraînerait des pertes calorifiques considérables, en plus d’obliger à rallonger les canalisations.
Le local destiné à accueillir l’échangeur thermique sera idéalement ventilé, sec et doit se trouver au plus près de la source de chauffe. Si ce n’est pas possible, il convient de minimiser ces déperditions en isolant par calorifugeage les tuyaux du réseau primaire, ceux de la maison et ceux du réseau secondaire (de la piscine). Veillez aussi à protéger l’alimentation électrique par un disjoncteur différentiel de 30 mA. Par ailleurs, l’échangeur est à poser sur un socle fixe, de manière horizontale ou verticale.

L’installation à proprement parler

Le raccordement d’un échangeur thermique de chaleur pour piscine s’ancre donc sur deux réseaux distincts. La première chose à faire est de vérifier que l’installation de chauffage domestique s’accorde avec ce dispositif (débit, puissance, etc.). Pour calculer les dimensions de l’échangeur thermique, rapportez-vous aux différentes caractéristiques de la piscine comme son volume ou la température initiale et finale souhaitée…
Les fabricants recommandent souvent la pose d’un ballon tampon dans le cas d’une source de chauffe géothermique. Si cette option est ici facultative, elle est obligatoire en présence d’un chauffage domestique solaire. Positionnez votre échangeur thermique de piscine entre le filtre et le traitement. Précisément, avant le filtre et après le système destiné à traiter l’eau. Au point le plus bas pour ne pas que les produits de traitement ne soient renvoyés dans l’appareil.
Placer l’échangeur le plus bas possible du circuit primaire et secondaire permet aussi de l’alimenter constamment en eau. Effectuez sa pose en by-pass sur un tuyau rigide, de manière à pouvoir réguler le débit d’eau entrant. Ce montage en by-pass est particulièrement utile quand l’appareil nécessite des interventions, ainsi que pour son hivernage. Enfin, sachez que c’est le chauffage principal qui doit dicter les techniques de pose d’un échangeur thermique de piscine.

Les caractéristiques techniques d’un échangeur thermique de piscine

Moins encombrant et moins cher qu’un échangeur à plaques, l’échangeur tubulaire ou à tube va mieux convenir aux chaudières. On conseille plutôt à ceux qui ont une pompe à chaleur comme moyen de chauffage de se tourner vers un échangeur thermique à plaques. Les échangeurs de chaleur en titane savent se montrer plus résistants. Le choix de ces modèles s’avère indispensable si vous recourez à l’électrolyse au sel pour le traitement de l’eau de votre piscine. En revanche, les échangeurs peuvent convenir à n’importe quels autres types de traitements. Néanmoins, ceux-là tiennent moins bien face aux produits chimiques.

Le circulateur

S’agissant des échangeurs thermiques de piscine, la nécessité d’intégrer ou non un circulateur découle des caractéristiques de l’installation en présence. Permettant d’assurer une certaine constance du débit, cette option reste généralement facultative. Son rôle est de chauffer l’habitation en même temps que la piscine.
Toutefois, il faut nécessairement que le débit du circulateur soit bien adapté à celui du système de chauffage. Cette composante de l’échangeur de chaleur sera utile aux propriétaires de piscine prévoyant une baignade toute l’année durant. L’équipement peut même se munir d’un contrôleur de débit afin de vérifier la pression.

Le thermostat

Le thermostat ou régulateur est indispensable pour fixer la température de l’eau du bassin. Une fois le point de consigne atteint, cet élément interrompt la production d’eau chaude qui doit converger vers la piscine. Au même titre que le circulateur, le thermostat est optionnel. Susceptible de faire grimper le prix de l’échangeur de chaleur pour piscine, il le rend toutefois plus performant, lui confère une certaine ergonomie, mais également un certain volume.
Nos derniers articles et guides chauffage piscine
  • Avoir une piscine chauffée est une aubaine. L’eau y est plus agréable. Mais surtout, il est possible de profiter plus longtemps de son espace de baignade. Néanmoins, il faut garder en tête que cela a un coût, que ce soit à l’achat ou à l’exploitation de l’équipement de chauffage. La question se pose alors, quel est le prix du chauffage d’une piscine ? Découvrez dans ce guide quelques éléments de réponse qui vont vous aider à choisir le meilleur appareil pour chauffer votre espace de baignade.

  • Avoir une piscine chauffée est un rêve pour beaucoup de personnes. Mais les équipements de chauffage coûtent chers, que ce soit à l’achat ou à exploiter. Il existe pourtant des solutions pour chauffer gratuitement sa piscine. Découvrez dans ce guide quelques astuces pour élever la température de votre espace de baignade, sans vous ruiner.

  • Avoir une piscine extérieure chauffée en hiver est tout à fait possible. De nombreuses techniques permettent d’élever la température de l’eau, afin de pouvoir nager durant la saison hivernale. Mais pour laquelle faut-il opter ? Découvrez dans ce guide les différentes solutions pour avoir une piscine extérieure chauffée en hiver, ainsi que leurs avantages et inconvénients.

  • Avoir une piscine chauffée est un rêve pour beaucoup de particuliers, notamment pour les propriétaires de bassins hors-sol. Et pour cause, cela offre un surplus de confort au baigneur et la période d’utilisation du bassin est bien plus large. Il existe pourtant une myriade de solutions pour chauffer une piscine hors-sol. Nous vous proposons de découvrir dans ce guide les différentes solutions de chauffage pour les bassins de nage hors-sol, ainsi que des conseils pour choisir le meilleur dispositif.

  • Chauffer une piscine offre de nombreux avantages. Cela va étendre la période d’utilisation du bassin. Les moins frileux peuvent ainsi nager, même en hiver. Une eau chaude est aussi plus agréable pour les baigneurs. Mais comment chauffer sa piscine ? Il existe pour cela différentes solutions, chacune ayant ses propres avantages et inconvénients.

  • Nager en hiver c’est envisageable. Pour cela, il suffit de chauffer sa piscine. Il existe d’ailleurs plusieurs solutions pour avoir une eau à 28 °C et ainsi profiter des joies de l’eau tout au long de l’année. Découvrez dans ce guide quelles sont les différentes techniques de chauffage en hiver, ainsi que leurs avantages et inconvénients.